Kàlati

KÀLATI.S02E12

Pour clôturer cette saison, je vous prie d’acclamer, comme il se doit, nos deux invités : l’Américain Todd Strasser (1950-) et la Camerounaise Djaïli Amadou Amal (1975-).

La Vague

Todd Strasser, du journalisme à la littérature

Né au sein d’une banlieue new-yorkaise, Todd Strasser a un penchant pour la science au collège.  Il aime également lire. Toutefois, il bataille avec l’orthographe et la grammaire, et manifeste des difficultés à s’exprimer en anglais.

Après quelques années d’université, il jette l’éponge. Il prend le chemin de l’Europe où il vit comme musicien de rue. Il y écrit de nombreuses chansons et poèmes, ainsi que des lettres à ses amis restés aux États-Unis.

De retour dans son pays natal, il retrouve les bancs de l’école.  En effet, il étudie la littérature et l’écriture au Beloit College. Sa formation lui permet d’investir le champ du journalisme. Il travaille comme reporter dans des médias new-yorkais, avant de basculer vers la littérature.

Angel Dust Blues, son premier roman, est publié en 1978. Todd Strasser utilise le produit de ses ventes pour ouvrir une entreprise de biscuits. Il se démarque ensuite en se spécialisant dans la littérature de jeunesse, avec plus d’une centaine de livres à son actif.

Plusieurs de ses romans ont été adaptés à la télévision, parmi lesquels La vague.

La vague (1981)

Ce petit livre s’inspire de faits réels.

L’histoire derrière l’histoire

En 1969, dans le lycée de Cubberley en Californie, Ron Jones, professeur d’histoire, dispense un cours sur le nazisme. A la question, posée par ses élèves, de savoir comment les Allemands avaient pu laisser une telle monstruosité se produire sous leurs yeux, il est sans voix.

Pour leur faire comprendre les mécanismes du nazisme, il se résout à mettre sur pied un mouvement expérimental, qui, espère-t-il, permettra à ses élèves de comprendre, non par des explications théoriques, mais par le vécu. C’est ainsi que ce mouvement, né dans la classe de Ron Jones, se propage dans tout le lycée, créant une atmosphère dictatoriale où la liberté de pensée est muselée.

Le récit

Todd Strasser met en scène l’expérience du lycée de Cubberley dans le lycée imaginaire de Gordon. Le personnage principal, le professeur Ben Ross, est à la manoeuvre.

Ce texte est intéressant dans la mesure où il montre progressivement à quel point bâtir un espace autocratique est une oeuvre à la portée de tous. J’y ai également perçu une exhortation à ne jamais abandonner son esprit critique, indépendamment de la qualité de son interlocuteur.

Par ailleurs, les derniers développements du livre, au cours desquels Ben Ross démontre à ses élèves, au bout de l’expérience, qu’ils auraient, eux aussi, été de bons petits nazis, sont particulièrement saisissants.

Munyal. Les larmes de la patience (2017)

Djaïli Amadou Amal, l’écrivaine-militante

Elle est née en 1975 à Maroua, dans l’Extrême-Nord du Cameroun.

Djaïli Amadou Amal entreprend des études supérieures en gestion commerciale. Victime d’un mariage forcé à dix-sept ans, elle  choisit l’écriture pour exprimer son mal-être.

Elle est présentée comme la première femme écrivaine du Septentrion camerounais. Son premier roman, Walaande; l’art de partager un mari, paru en 2010, lui confère une renommée immédiate. Il s’agit d’une saillie autobiographique, l’auteure ayant évolué dans  un foyer polygamique.

Ce premier texte est couronné par le Prix du jury de la Fondation Prince de Claus à Paris, et conduit à la traduction de l’ouvrage en langue arabe, ainsi qu’à sa diffusion dans les pays du Maghreb et du Moyen-Orient.

Elle crée parallèlement l’Association Femmes du Sahel,  destinée à l’amélioration de la condition féminine.

Ses romans  suivants, Mistiriijo; la mangeuse d’âmes, paru en 2013, ainsi que Munyal, les larmes de la patience, publié en 2017, confortent son parti pris assumé pour une littérature militante.

Munyal, les larmes de la patience, remporte en 2018 la sélection de l’Alliance internationale des éditeurs indépendants. Fait inédit, jamais  un écrivain ayant publié en Afrique n’avait remporté cette sélection, qui était la chasse gardée des maisons d’édition françaises.

En 2019, ce même ouvrage est lauréat du Prix de la Presse Panafricaine de Littérature, et du Prix du Livre Orange en Afrique. Réédité aux éditions Emmanuel Collas sous le titre Les Impatientes, il permet à Djaïli Amadou Amal de remporter le prix Goncourt des Lycéens 2020.

Munyal, les larmes de la patience (2017)

Trois en un

Ce roman s’intéresse à la condition de la femme dans le Septentrion au Cameroun, sous trois angles. Trois trajectoires, trois souffrances singulières, trois femmes, trois narratrices : Ramla, Hindou, et Safira.

C’est un assemblage de violences physiques et psychologiques marquantes. S’il fallait résumer ce roman en un mot, ce serait : révoltant. Lorsque des personnes qui devraient compatir à notre douleur sont les premières à les légitimer, il n’y a pas d’issue. Djaïli Amadou Amal présente cette réalité avec un lyrisme qui frise la dépression, notamment en ce qui concerne Hindou.

Dans l’hypothèse où vous êtes, comme moi, étrangers à la culture peule, vous sortirez nécessairement de cette lecture avec quelques acquis.  La romancière fait voyager le lecteur dans l’atmosphère de la ville de Maroua, en le renseignent sur l’organisation communautaire.

J’espère en avoir assez dit pour susciter en vous le désir de vous procurer ce livre, et n’en avoir pas trop dit, pour ne pas épuiser votre curiosité.

Achetez-le !!!

Lire la suite »KÀLATI.S02E12

KÀLATI.S02E11

Cet avant-dernier épisode de la saison reçoit tour à tour la Rwandaise Scholastique Mukasonga (1956-) et le Français Henri Lœvenbruck (1972-). Notre-Dame du Nil Aux origines de Scholastique Mukasonga (Sur… Lire la suite »KÀLATI.S02E11

KÀLATI.S02E10

Pour ce Xe épisode, le Britannique Aldous Huxley (1894-1963) et le Congolais Emmanuel Dongala (1941-) ont joyeusement émis un avis favorable à l’invitation. Le meilleur des mondes Aldous Huxley et la… Lire la suite »KÀLATI.S02E10

KÀLATI.S02E08

Frida Kahlo (1907-1954) et Fatou Diome (1968 -) nous ont fait l’honneur d’accepter l’invitation de Kálati pour cet acte VIII. 🤗 Frida Kahlo par Frida Kahlo : lettres (1922-1954) Esquisse… Lire la suite »KÀLATI.S02E08

KÀLATI.S02E07

Nous abordons ce second semestre sous la chaleureuse houlette de la Camerounaise Léonara Miano (1973-) et de la Française Valérie Perrin (1967-). La saison de l’ombre Leonara Miano Elle apparaît… Lire la suite »KÀLATI.S02E07

KÀLATI.S02E06

A l’affiche, le Russe Léon Tolstoï (1828-1910) nous promène dans les couloirs de l’aristocratie russe, pendant que l’Ivoirien Bernard Dadié  (1916-2019) nous introduit en Pays Baoulé. Avant d’exposer  ce que… Lire la suite »KÀLATI.S02E06

KÀLATI.S02E05

Ce dimanche, Francis Bebey (1929-2001) nous conte l’histoire originale de Mbenda, tandis que le trio constitué de Thomas Deltombe, Manuel Domergue et Jacob Tatsista nous éclaire sur la genèse de… Lire la suite »KÀLATI.S02E05

KÀLATI S02E04

Je ne saurais amorcer cet épisode sans une pensée chagrine pour l’immense Luis Sepulveda. Invité du précédent acte de Kálati, il a définitivement été arraché à sa machine à écrire… Lire la suite »KÀLATI S02E04

KÀLATI.S02E03

Au cours de ce 3e épisode, nous accueillons l’Ivoirien Ahmadou Kourouma (1927-2003) et le Chilien Luis Sepúlveda (1949-). Le premier nous promène dans la Côte d’ivoire post-coloniale, tandis que le… Lire la suite »KÀLATI.S02E03

KÀLATI S02E02

L’Autrichien Stefan Zweig (1881-1942) nous embarque dans les confessions de Mrs. C… Quant au Camerounais Mongo Beti (1932-2001) il nous livre une profonde peinture des réalités socio-politiques de son temps.… Lire la suite »KÀLATI S02E02