Dialogue national : le Chef de l’État met l’opposition dans une situation inconfortable

Dans le cadre du dialogue national, le Président a mis toute la classe politique d’opposition dans une situation inconfortable.

Il a pris la communauté internationale à témoin, en rappelant ce que l’État a réalisé depuis trois ans pour répondre aux revendications. En outre il a mis en exergue les actes des sécessionnistes, en soulignant à maintes reprises leurs exactions.

Puis, il a dévoilé la perspective d’un dialogue, dialogue demandé par l’opposition depuis trois ans.

Cependant, il reste maître du calendrier et des modalités du dialogue. Il prend de la hauteur, et il laisse son Premier Ministre coordonner.

C’est l’État qui choisira la nature et la teneur des débats. C’est l’État qui décidera des interlocuteurs, et en cela, l’opposition est piégée. Elle qui a tant réclamé des assises nationales, va devoir jouer le jeu. L’État sélectionnera quelques-uns. S’ils acceptent de participer, ils légitiment le processus. S’ils refusent, les communicants du régime les feront passer pour des politiciens plus intéressés par des portions de pouvoirs que par la restauration de la paix.

Et on peut être assurés que certains opposants s’élèveront contre la construction unilatérale de l’espace de dialogue qui s’annonce. Pendant ce temps, d’autres pourront mal dissimuler leur satisfaction d’avoir été retenus dans les petits papiers du Prince.

Cette division des factions de l’opposition renforcera le camp du pouvoir, en donnant à l’opinion – comme trop souvent – l’image de contestataires incapables de s’entendre pour parler d’une même voix, et pour constituer un contrepoids réel.

La question en suspens est celle de savoir quelles pourront être les conclusions d’un dialogue avec un tel déséquilibre des forces en présence.

Est-ce qu’on n’assistera pas à une forme améliorée de conseil ministériel, avec en fin de compte des réformes que le Gouvernement avait de toute manière déjà prévues ?

En somme, le Président de la République a mis toute la classe politique d’opposition dans une situation inconfortable.

La vie est trop brève pour être petite
Faisons d’elle une balade inédite.

©M²CD

Lire aussi

L’actualité identitaire au Cameroun : le cas Patrice Nganang

 

1 commentaire pour “Dialogue national : le Chef de l’État met l’opposition dans une situation inconfortable”

  1. Retour de ping : Il était une fois, le Grand Dialogue National -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *