Extrait 3 de l’Essai sur le discours du consommateur passif.

Un bref aperçu du chapitre final de L’Essai sur le discours du consommateur passif, portant sur l’inactivité des jeunes…

Chacun de nous est une mine d’or qui s’ignore. Cette pensée doit retentir à chaque instant dans nos esprits, exactement comme une tisse lors d’un interminable jeu de tennis. Etre en permanence au garde-à-vous, prendre résolument conscience du pouvoir que nous avons de réinventer notre quotidien en faisant des choses qui pour nous sont ordinaires, mais extraordinaires pour les autres, est cardinal. Samuel Eto’o est tellement habitué à faire des choses qu’il aime depuis l’enfance qu’elles sont même devenues banales pour lui. Ceux qui n’ont pas son talent sont en admiration, tellement ce qu’il fait sur un terrain de football est inaccessible pour eux.

Richard Bona dorlote les cœurs avec ses mélodies depuis des décennies. Créer de nouvelles sonorités est sans doute devenu commun pour lui, à la manière d’un jardinier qui est réglé pour tailler du gazon. Peu importe le montant qu’il faut débourser pour assister à ses concerts, la salle est toujours pleine, parce que ce qui est quelconque pour lui est singulier pour nous.

Les sommes que nous payons pour l’écouter, ce n’est pas tant pour le concert, mais pour son talent que nous considérons comme rare. Nous avons tous des aptitudes, des capacités, qui sont pour les autres exceptionnelles, et pour lesquelles des personnes seront toujours prêtes à dépenser, mais nous décidons de suivre les « convenances », en refusant de développer nos potentialités, pour des raisons souvent incompréhensibles.

Réinventons notre quotidien grâce à nos potentialités. Si nous y renonçons, personne ne le fera à notre place, et personne ne devra nous plaindre.

La vie est trop brève pour être petite,
Faisons d’elle une balade inédite.

© M²CD

Prologue de l’Essai sur le discours du consommateur passif.

Le rêve !