Extrait N°5 de l’Essai sur le discours du consommateur passif.

Extrait Essai sur le discours du consommateur passif, La question religieuse, PP. 48-49

La religion est un phénomène éminemment culturel. Mais nous en sommes arrivés à penser qu’une forme de spiritualité est meilleure qu’une autre. Ce qui est pernicieux, c’est que nous nous mettions à diffamer notre propre culture, ce qui se voit difficilement ailleurs.

L’Occident a ses racines chrétiennes, et les revendique. C’est bien parce que la Turquie est musulmane qu’elle n’intègrera pas l’Union Européenne de sitôt. Les débats autour de l’Islam dans toute l’Europe actuellement renseignent à suffisance sur cette réalité, avec des mouvements anti-Islam qui pullulent.

Le monde arabe est très fermé à la pénétration chrétienne. Les Chrétiens d’Orient sont d’ailleurs victimisés assez régulièrement dans les médias occidentaux. Chez eux, c’est à dessein que l’on parle du Croissant Rouge, et non de la Croix Rouge. Par ailleurs, dans des pays du Golfe Persique – Arabie Saoudite, Qatar – les maillots de football du Réal Madrid et du FC Barcelone se vendent sans la croix qui est initialement sur les logos de ces équipes. La croix étant un symbole du Christianisme, ce qui renvoie à la religion des autres doit être banni.

Le Japon et la Chine sont connus pour être très traditionnels vis-à-vis de leur histoire. Le mot d’ordre dans ces pays a toujours été de se moderniser par la technologie sans s’occidentaliser par l’importation des cultures étrangères. L’Inde assume pleinement sa spécificité hindouiste, avec ses nombreuses divinités. On y trouve les religions coloniales, qui sont minoritaires.

Quand l’on arrive chez nous, c’est le contraire. Des camerounais vous disent que des Béninois, qui pratiquent sans complexe le vaudou, sont des sorciers. Ils estiment que ce sont eux qui sont sur le chemin du bien et de la vérité, en attendant le retour du Jésus blanc aux yeux bleus. Le même dénigrement s’observe pour le culte de nos ancêtres.

Il y a deux cents ans, on nous rouait de coups de fouet pour penser ainsi. Aujourd’hui, nous sommes même plus virulents en la matière que ceux qui ont durablement enfoncé ces dogmes dans notre conscience collective. Odon Vallet nous rappelle que « L’islam est de moins en moins arabe comme le christianisme est de moins en moins occidental».

Autrement dit, ces religions sont plus répandues chez nous que chez leurs initiateurs. Il est de notoriété publique que l’Europe est le principal foyer de déchristianisation. Des Noirs s’y retrouvent en train de jouer le rôle d’hommes de Dieu en plus grand nombre que par le passé, car il y a une crise indiscutable de vocation allant dans ce sens. Certains osent même parler de la « christophobie actuelle de l’Europe ».

Le redéploiement de l’Eglise Catholique en Afrique – et en Amérique Latine aussi– pour maintenir ses parts de marché à l’échelle mondiale, doit nous interpeller. Un sud-américain, Jorge Bergoglio – le Pape François Ier – dirige l’Eglise catholique depuis quelques années.

Il ne serait pas étonnant qu’un Africain accède à cette position dans les prochaines années, pour fortifier la foi de nombreux fidèles de notre continent, et faire passer le message trompeur selon lequel le Christianisme est universel.

La vie est trop brève pour être petite.
Faisons d’elle une balade inédite.

© M²CD

Lire aussi

« Si tu aimes le chien, tu aimes aussi ses puces » (Proverbe africain)

 

5 commentaires sur “Extrait N°5 de l’Essai sur le discours du consommateur passif.”

  1. Retour de ping : Abus sexuels au sein de l’Eglise Catholique, bis repetita – La vie est trop brève pour être petite. Faisons d'elle une balade inédite.

  2. Retour de ping : Agréables moments de partage et d’échanges. – La vie est trop brève pour être petite. Faisons d'elle une balade inédite.

  3. Retour de ping : Le balafon de la passion. – La vie est trop brève pour être petite. Faisons d'elle une balade inédite.

  4. Retour de ping : Prologue de l’Essai sur le discours du consommateur passif. – La vie est trop brève pour être petite. Faisons d'elle une balade inédite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *