Il sera bientôt parmi nous…

La situation de départ

Cela fait quelques années déjà que mon mariage avec l’écriture a eu lieu. Nous étions jeunes, et nous ne voyions pas l’utilité d’avoir des enfants si vite, ayant de toute façon toute la vie devant nous. Nous vivions notre bonhomme de chemin dans un parfait amour, sans pour autant que cela ne se concrétise d’une quelconque manière. Du moins, aucun signe n’était visible en dehors de notre chambre conjugale.

Mais débarqua un jour où, nous nous rendîmes compte que, si l’un d’entre nous venait à disparaître, rien n’indiquerait au monde les sentiments profonds qui nous avaient liés à un moment de notre vie. Nous savions que nous étions faits l’un pour l’autre, mais celui d’entre nous qui survivrait n’aurait aucune attache sur laquelle sécher progressivement son chagrin, en dehors de souvenirs, bien souvent trop imprécis.

Au moins, avec un enfant, il y aurait un ancrage physique. Une preuve humaine de notre affection réciproque. Une raison pour l’un d’avancer, malgré l’absence douloureuse de l’autre. C’est ainsi que cette page a vu le jour, il y a exactement 14 mois. Aujourd’hui, elle compte exactement 1966 abonnés.

La première naissance

A l’origine, la création de cet espace avait pour but d’annoncer au public la naissance de notre premier enfant, «L’Essai sur le discours du consommateur passif. L’auto discrimination». Il aura bientôt un an, et nous tenons à remercier chacun de vous. Nous tenons à vous remercier pour le soin que vous avez pris depuis sa venue au monde, à lui apporter votre tendresse, à prendre de ses nouvelles de temps en temps, et surtout à lui tirer les oreilles lorsqu’il le fallait, afin qu’il travaille sur ses imperfections.

Avec du recul, il aurait été plus productif de faire cet enfant plus tôt. Cela nous aurait permis d’apprendre plus prématurément une leçon de vie : on a beau lire des tonnes de pages traitant des relations humaines, ou bénéficier des conseils des aînés, on n’est jamais prêt à vivre l’absence de nos amis lorsqu’on le plus besoin d’eux. On pense que l’on est préparé à cette gifle parce qu’on nous a prévenus, mais on n’est jamais prêt.

Les contradictions de mon épouse

Après l’enfantement, il a fallu donner du répit à ma femme. Elle passait sur la table d’accouchement pour la première fois, et quelques complications lui avaient fait perdre l’envie de repasser un jour entre les mains de ces nerveuses et insensibles infirmières. Homme compréhensif de mon état, je m’étais résolu, la mort dans l’âme, à ne rien imposer à mon épouse. Après tout, c’est la seule à subir les douleurs de la maternité.

Ainsi, des contraceptifs de toute sorte ont joué les arbitres dans notre couple durant quelques mois. Cependant, face à la joie d’être parent, et de voir tous les jours le sourire de son petit enfant illuminer ses journées, elle a finalement développé le désir d’en avoir un autre. Elle tenait à revivre la sensation de cet être qui grandit en vous, et avec qui vous avez la sensation de communiquer tous les jours, sans vraiment savoir ce qu’il dit, mais en étant certain que vous êtes connectés de manière irréversible.

Une heureuse nouvelle en vue

De prime abord, je n’ai pas compris ce revirement, parce qu’elle se plaignait continuellement des cris nocturnes du bébé, et du manque de sommeil que cela engendrait. Mais il faut croire que c’est la contradiction qui définit le mieux ma femme…

Vêtu de mon costume de mari doux et aimant, et n’étant de toute manière pas contre l’idée de façonner une nouvelle preuve de notre amour, je n’ai pas pu lui refuser ce cadeau. Ainsi, nous vous annonçons que notre deuxième bébé est en chemin.

Nous lui avons déjà trouvé un nom : « Les élites politiques du Cameroun au XXIe siècle. Qui nous dirige ? ». Les consultations prénatales indiquent qu’il est en bonne santé, et nous n’avons aucune raison d’être inquiets jusqu’ici. En espérant qu’il n’y ait pas de fausse couche, nous vous le présenterons bientôt.

Bonne semaine à tous. 😘

La vie est trop brève pour être petite
Faisons d’elle une balade inédite

© M²CD

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *