La Nation en danger !

– Je perds la tête avec toi

– Alors apprends à vivre sans moi

– Mais j’ai essayé de vivre sans toi plein  de fois

– Quand ?

– Ce matin, par exemple… Je suis allé chercher le pain à la boulangerie d’en face. Tout seul… Je respirais l’air sans le partager avec toi, et son goût me semblait fade. Tu n’étais pas avec moi. Je vivais sans toi, sans ton odeur, sans entendre ton coeur qui bat. J’étais paumé. J’étais seul dans cette ville. Pendant 20 minutes, j’ai vécu sans toi…

– Et qu’est-ce que ça t’a fait ? 

– J’ai oublié de ramener le pain

Serge Gainsbourg

 

Je me vois contraint d’écourter mes congés.

Il y a péril en la demeure.

Ce n’est pas la première fois que ce type d’incartade se produit, et vous en êtes témoins. Aucune âme sérieuse ne pourra affirmer que j’ai manqué de retenue.

A de nombreuses reprises, j’ai verbalement condamné cette forme grandissante de délinquance, mais tout porte à croire que l’être humain n’est sensible qu’à la répression.

La manière douce ayant montré ses limites, il est grand temps de laisser des méthodes plus dissuasives s’exprimer.

Mon cher Serge servira donc d’exemple à tous ceux qui s’acharnent et s’acharneront à séduire par la voie du mensonge.

Sur la place publique, il recevra un châtiment proportionnel à la manipulation qu’il a orchestrée.

Donnons-nous rendez-vous demain au sein de son quartier de résidence, à Ndogpassi.

A 9 h. En face de Total.

La récompense de ses actes malveillants lui sera servie sans ménagement. N’oubliez surtout pas vos appareils photos. Il faudra immortaliser les douloureuses grimaces de Serge pour la postérité.

Ensemble, nous vaincrons !

#UnisPourUnMondePlusSain

PS :

Je ne suis nullement ravi de ce qui se produira demain. Hélas, le progrès a un coût.

La vie est trop brève pour être petite
Faisons d’elle une balade inédite.

© M²CD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *