Le balafon de la passion.

« Si vous ne faites pas ce que vous aimez, vous perdez votre temps. » Billy Joël

J’ai eu le bonheur de bénéficier d’une discussion enrichissante avec un aîné très récemment. Il y a cependant un point qui m’a pour le moins contrarié. Il me suggérait, avec une insistance non dissimulée, de me soumettre aux épreuves du concours de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature.

Je lui ai gentiment fait savoir que cela ne faisait pas partie de mes priorités. Et lui de me répondre: ‘’on ne sait jamais’’. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser à tous les Camerounais qui s’installent sur le tumultueux siège des concours administratifs, sans être intéressés par les débouchés en question, simplement parce qu’ ‘’on ne sait jamais« .

Je suis convaincu que l’on sait. Toujours. On sait que cela n’éveille en nous aucun semblant d’enthousiasme particulier. On sait que lorsqu’on se rendra au lieu de travail tous les matins, il n’y aura pas en soi cette boule d’énergie qui raccourcit la longueur des journées, parce que l’on ne voit pas les heures défiler. On sait que cela n’est pas fait pour nous. Tout simplement.

Parce que la fonction publique est entre autres, source de stabilité, et que l’on n’y réclame pas une expérience professionnelle comme ailleurs, on s’y essaye.

Certains parmi les candidats non-intéressés finissent par accéder à ces Grandes Ecoles. L’on a ainsi droit à des fonctionnaires souvent démotivés en arrivant tous les jours au bureau— quand ils sont réguliers —, et généralement très nerveux. Il y en a aussi qui n’y entrent jamais, malgré de nombreuses tentatives, et l’on est servi fréquemment avec le fameux « L’Etat tue les jeunes ».

Le passage à la radio Balafon pour présenter l’Essai sur le discours du consommateur passif était une très belle expérience. J’en profite pour remercier Cyrille Bojiko de m’avoir ouvert ses antennes. Elle fut néanmoins brève. Trop brève pour parcourir tout le périmètre de l’ouvrage. Nous avons l’occasion d’en parler de façon beaucoup plus large et interactive à travers la rencontre-dédicace à l’IFC de Douala.
.
Passez un bon début de weekend, et rendez-vous demain.

PS :

16h 30, heure de Libye. (En Lybie, quand on dit qu’on vous vend à X heure, on vous vend à X heure – dixit Martial Bissog -)

La vie est trop brève pour être petite
Faisons d’elle une balade inédite

© M²CD

Lire aussi

Extrait 1 de l’Essai sur le discours du consommateur passif.

Extrait 2 de l’Essai sur le discours du consommateur passif.

Extrait 3 de l’Essai sur le discours du consommateur passif.

Extrait 4 de l’Essai sur le discours du consommateur passif

Extrait N°5 de l’Essai sur le discours du consommateur passif.

Agréables moments de partage et d’échanges.

1 commentaire pour “Le balafon de la passion.”

  1. Retour de ping : Quel locataire au palais d’Etoudi ? – La vie est trop brève pour être petite. Faisons d'elle une balade inédite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *