Non au culte de la gratitude!!!

Il y a quelques jours, un ami m’a mentionné sur une publication qui m’a titillé. J’ai lu quelques commentaires sur ce post, pour savoir ce que d’autres en pensaient, puis j’ai laissé courir. Mais il y a quelques heures, j’ai assisté à un échange entre individus tournant sensiblement autour de la même préoccupation. Étant donné que je crois difficilement au hasard, comme vous vous en doutez déjà, je n’ai finalement pas pu résister à l’appel de la rédaction.

Commençons par résumer les principaux postulats qui m’ont marqué dans la publication initiale.

1- Le christianisme a été un facteur d’évolution du continent noir
2- C’est au christianisme que l’on doit nos écoles et nos hôpitaux de référence

Armée, économie et religion, un triangle cohérent

Nous avons accueilli sur nos terres les 3M (marchands, militaires et missionnaires). Aucun de ces segments ne peut être évalué sans tenir compte des deux autres. Ces trois segments s’interpénètrent, parce qu’une division du travail savamment dosée a permis à chacun d’eux de jouer un rôle précis pour consacrer la domination qui nous a été imposée et qui demeure.

Les militaires ont permis d’établir un système commercial qui nous était et nous est encore défavorable.

Les missionnaires ont facilité l’action des militaires avec le discours d’apaisement selon lequel les biens terrestres ne sont pas les plus importants, sans oublier la philosophie qui veut que tout ce que Dieu fait est bon, pour amener les dominés à mieux accepter leur sort.

Le commerce inégal qui s’est développé à travers l’action des marchands a permis de financer la violence militaire, et accessoirement d’étendre les terres des missionnaires aux dépens des autochtones. (Allez savoir quelle est l’étendue de terres que contrôle l’Eglise Catholique chez nous aujourd’hui). Je n’ai pas besoin d’insister sur le rôle stratégique que certains missionnaires ont joué grâce à la fameuse confession, pour renseigner les militaires.

Confusion au sujet de l’apport du christianisme

Il est hors de question de laisser se former dans la conscience collective l’idée que le christianisme nous a apporté des écoles et des hôpitaux, … et que l’on devrait en être reconnaissant. Ceux qui souhaitent dire « merci » devraient au moins nous présenter le tableau global de la situation qu’ils applaudissent des deux mains et des deux pieds.

A supposer même que l’on veuille reconnaître un quelconque apport du christianisme, il ne faudrait pas se comporter comme ces prisonniers qui oublient tous les sévices que leurs gardiens leur ont infligés, parce qu’ils reçoivent un peu de poulet de temps en temps, ou parce que l’on prend en charge leurs épouses à l’extérieur –ici, je laisse la porte ouverte à ceux, très nombreux, qui viendront préciser que l’Eglise a apporté le message du Christ, sachant pertinemment que ce n’est pas l’objet du débat. Je leur donne rendez-vous dans le chapitre II de l’Essai sur le discours du consommateur, mon livre qui paraîtra bientôt –

Avant l’arrivée des colons, il n’y avait pas chez nous une obscurité totale, à laquelle ils sont venus remédier. Sinon, il faudra expliquer ce que Hippocrate, le prétendu père de la médecine, est allé étudier chez Imotep en Egypte. Il faudra aussi expliquer pourquoi Jean de la Fontaine s’est inspiré des textes d’Esope pour ses fables que nous avons quasiment tous récitées.

L’éducation, la santé, cela ne se réduit pas aux écoles de mille hectares et aux hôpitaux qui ont été construits sous la bannière de l’Eglise. L’école, les hôpitaux, c’est d’abord et avant tout le savoir. De ce point de vue, nous n’étions pas à plaindre avant l’arrivée des colons européens et du Christianisme dans leurs valises.

Raisonnons par l’absurde

S’il fallait même raisonner par l’absurde, l’on n’aurait qu’à se demander où en sont les zones du monde qui n’ont pas été christianisées. Il ne faudrait pas donner l’impression que sans l’arrivée du Christianisme chez nous, la santé, l’éducation auraient stagné, comme si d’autres territoires ne sont pas performants sans ces écoles et hôpitaux crées par l’Eglise.

La nature a horreur du vide, et sans ces institutions, l’on aurait progressé autrement, tout comme ces nombreux pays qui n’ont pas été pénétrés par le Christianisme.

J’ai la faiblesse de penser que même des chrétiens convaincus peuvent s’entendre sur le fait que nous n’avons pas à être reconnaissants envers des institutions qui ont contribué à nous mettre à genoux. Si nous ne nous accordons pas au moins là-dessus, c’est bien dommage.

« Le crime le plus horrible des riches envers les pauvres est de s’être arrogé le droit de leur distribuer la justice et l’assistance, de leur faire la charité. » Georges Darlen

La vie est trop brève pour être petite
Faisons d’elle une balade inédite.

© M²CD

Lire aussi

« Ce sont les choses des Blancs !» 😡😡😡

Doit-on vraiment être « noir et fier» ?

Existe-t-il un délit de couleur de peau dans le monde des affaires chez nous? 😰