Quel locataire au palais d’Etoudi ?

Nous sommes en pleine année électorale. 5 élections en 2018, du jamais vu dans notre pays. Nous aurons sans doute droit au cycle électoral le plus passionnant sur notre triangle national depuis celui de 1992.

La prépondérance de la présidentielle

Sans surprise, c’est l’élection du Président de la République qui mobilise le plus les énergies Nous avons 100 sénateurs, 180 députés, 360 maires, mais un seul président de la République. En général, moins l’on est nombreux à occuper une fonction, plus on est important. Il n’y a donc rien de stupéfiant à ce que ce soit cette élection, plus que les autres, qui captive les sens et suscite même de l’indécence dans les batailles politiques.

Pour l’élection principale, l’on peut faire une distinction arbitraire, entre les candidats politiquement vierges d’une part, et les candidats déjà dépucelés d’autre part.

Dans ce cadre, les candidats vierges n’ont jamais eu un poste de direction dans une administration publique quelconque. Ils sont issus de la société civile ou du secteur privé (enseignant, homme d’affaires, journaliste, avocats.)

Quant aux candidats dépucelés, ils ont déjà occupé des hautes, voire très hautes fonctions au sein de l’appareil d’Etat (président de la République, ministre..)

Le débat relatif à l’expérience des candidats

Pour être précis, la distinction entre candidats vierges et dépucelés est établie par une certaine opinion. Cette distinction est faite sur la base de quelque chose de simple : l’expérience. Il n’est pas rare d’entendre : « celui-là dit qu’il veut être président de la République. Il a même déjà été chef de service quelque part ? ». L’expérience donc, un baromètre pour jauger la crédibilité des candidats.

Quid de la vision ?

Comme nous l’avons dit, il n’y a qu’un Président de la République. Un seul. Il aura toujours autour de lui un nombre incalculable de personnes ne demandant qu’une chose : une audience afin de lui pour proposer des services.

Le président de la République est comme une personne qui vous dit comment est-ce qu’elle aimerait que l’on construise sa maison. Ce qu’il lui faut, c’est une vision. Parce qu’il s’agit du Président de la République, il aura autour de lui, s’il le veut, les meilleurs architectes, maçons, plombiers, électriciens, carreleurs… chargés de construire la maison comme il le souhaite.

Sans vision, des milliers d’heures passées dans des bureaux de l’Etat, en guise d’expérience peuvent se révéler être d’une utilité marginale. Sans vision, des centaines de conférences internationales servent plus à découvrir le monde qu’à mettre le savoir-faire d’ailleurs au service de la création de richesses.

Il est certes préférable d’avoir un minimum d’acquis pour accéder à cette haute fonction, mais il ne faudrait pas non plus fantasmer dessus.

D’ailleurs, il suffit simplement de se demander quelles sont les réalisations de ceux qui sont pétris par des décennies d’expérience, pour se convaincre qu’il faut changer de lunettes. Et appréhender les choses autrement. Einstein ne disait-il pas que la folie, c’est faire la même chose encore et encore, tout en espérant d’avoir des résultats différents ?

Le consommateur passif

Des phrases typiques du consommateur passif telles « Le vote ne changera rien » sont déjà audibles et lisibles dans notre espace. Les mêmes qui les répètent se plaindront encore de suivre les mêmes consonances dans les décrets de nomination durant les prochaines années, embaumant l’atmosphère collective avec des expressions comme « le pays est pourri », « Dieu a oublié le Cameroun ».

Pendant ce temps, les listes électorales les attendent pour désamorcer ce qu’ils critiquent avec passion et énervement au quotidien. En vain.

On parlera du discours du consommateur passif du mieux que possible demain sur les antennes de la Radio Balafon. Demain matin.

Ce ne sera qu’un apéritif. Samedi 10 mars à l’Institut Français de Douala, l’on pourra s’étendre sur la religion, l’inactivité des jeunes diplômés, et pleins d’autres sujets qui vous intéressent.

La vie est trop brève pour être petite
Faisons d’elle une balade inédite

© M²CD

Lire aussi

Le balafon de la passion.

Agréables moments de partage et d’échanges.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *