Les catégories masculines de notre époque

Douala est vraiment la ville dans laquelle il faut être. A tout coin de rue, des personnes qui débattent de tout et de rien sur des sujets sortis de nulle part, vous donnent le sourire et vous inspirent, quand bien même ce n’était pas au programme.

On dirait même que c’est la chaleur étouffante qui entretient cet état de fait, paradoxalement. J’ai assisté à une discussion aux apparences simples, mais qui en dit long sur les réalités quotidiennes.

Souffrez donc de lire, le texte vous permettra de savoir de quoi il s’agit.

Deux types d’homme dans le monde moderne

Si Jay-Z, milliardaire de son état, arrive au Cameroun, combien de femmes ne sacrifieraient pas tontons et nièces pour qu’il pose simplement un quart d’oeil sur elles, et les emmène au pays de l’Oncle Sam ? Ou pour qu’il leur fasse simplement un enfant dont il s’occuperait à distance ?

Imaginez le même Jay-Z – non milliardaire – devant le lycée de New Bell, une glacière de Tampico juchée sur la tête, en train d’essayer d’écouler ses sachets de jus. Combien de filles s’arrêteraient pour prendre son numéro s’il en faisait la demande ? Dans cette configuration, une Beyonce le saluerait même simplement de la tête, sans prendre la peine d’ouvrir la bouche ?

Sur terre, il existe deux types d’hommes : ceux qui sont laids et ceux qui sont riches.

Il suffit d’appartenir à la seconde catégorie pour n’avoir aucun mal à avoir du succès avec la gente feminine. On n’achètera jamais l’amour, certes. Mais tout commence par l’attention et la compagnie, qui ont un prix. L’amour pourra naître au fil du temps, si les circonstances le permettent.

L’espoir est permis

Tout n’est pas perdu pour nous qui appartenons à la première catégorie. Nous ne sommes pas condamnés pour l’éternité. Il suffit de travailler pour devenir riche, et comme par enchantement, l’on passe pour quelqu’un de charmant. Intelligent. Divertissant. Soudainement, le succès auprès du sexe opposé prend de la consistance.

Il ne sert à rien de se plaindre du fait que les femmes ne soient pas favorablement disposées à notre égard, travaillons à alimenter nos comptes en banque de façon conséquente. Le problème se résoudra de lui-même.

Être mignon ou avoir un beau corps ne signifie absolument rien à un certain âge. C’est au collège que ce type de caractéristiques fait effet. – Encore que …-

Il ne sert à rien de se comparer à ceux que nous considérons comme laids, et qui ont toutes les femmes qu’ils veulent à leurs pieds, avec des « si » au début de chaque phrase.

Ne pas pouvoir mener un train de vie d’une certaine envergure, et fournir le même à une femme, c’est être laid, et donc repoussant. Point. Triste réalité, mais violemment réelle.

De la même manière, pouvoir déployer ses ailes financières afin de protéger son entourage de tout tourment, c’est être attirant, quoi que votre visage ne soit pas très avantageux , ou que vous ayiez un comportement de goujat. Celui que l’on considérait comme étant très laid ou infréquentable est inexplicablement attachant après quelques rendez-vous galants dans des endroits chics. C’est ainsi.

Le monde est dangereux. Tenons-nous le pour dit, et travaillons pour être riches, c’est-à-dire beaux et séduisants.

P.S.

Ce n’est pas une attaque envers les femmes. Personne n’est insensible au confort. Ne commençons pas un si joli weekend avec des chamailleries. Bisous. 😘😘

La vie est trop brève pour être petite
Faisons d’elle une balade inédite

© M²CD

Lire aussi

Lettre à ma peur et à mon angoisse.

Le rêve !

En quoi notre rapport à l’argent est-il malsain ?

2 commentaires sur “Les catégories masculines de notre époque”

  1. Retour de ping : « Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j’apprends. » ??? – La vie est trop brève pour être petite. Faisons d'elle une balade inédite.

  2. Retour de ping : Chroniques sur le marché du mariage. (I) – La vie est trop brève pour être petite. Faisons d'elle une balade inédite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *